Beltane Fire Festival Origines et Traditions

À l’approche de la fin du mois d’avril, il est presque temps de célébrer chaque année Beltane. Actuellement connu sous le nom de festival du feu populaire qui se déroule sur Calton Hill à Édimbourg, cet événement celtique traditionnel a une longue et fascinante histoire qui remonte à l’âge du fer.

Signifiant

« Beltane » peut à peu près être traduit par « feu brillant” (du Dieu celtique « Bel” = « le brillant”, et du mot gaélique « teine” = « feu”). Les gens allumaient des feux de joie en l’honneur du Soleil, dans l’espoir que sa lumière nourrirait les cultures et favoriserait leur croissance. Le festival a toujours lieu la veille du 1er mai, une célébration du pic du printemps et du début de l’été, une représentation de la fertilité, de la croissance et du renouvellement. Dans la mythologie païenne, Beltane est le Grand Mariage entre la Déesse Flora et l’Homme Vert (Reine de Mai et Roi de Mai), l’union de la Terre et du Ciel.

Symbolisme

Il y a trois couleurs principales associées à Beltane : le vert, le rouge et le blanc (/argent). Ceux-ci représentent respectivement la croissance et la fertilité, la force et la passion, le nettoyage et le nettoyage. Ce sont aussi les couleurs du mât de mai: un mât en bouleau et inséré dans le sol avec un anneau de fleurs au sommet, il représente la puissance de Dieu et la fertilité de la Déesse.

Traditions

En l’honneur du Grand Mariage et de l’union de Dieu et de la Déesse, beaucoup de gens célébraient des mariages païens ou des Handfastings à cette époque. Les handfastings duraient traditionnellement un an et un jour, après quoi le couple pouvait décider s’il voulait rester ensemble ou se séparer. Même si elles ne sont pas aussi populaires, ces cérémonies ont toujours lieu à ce jour et le couple peut choisir la durée de son engagement. Un événement similaire était « sauter le manche à balai »: lorsque les couples ne pouvaient pas se permettre une cérémonie, ils sautaient simplement par-dessus un balai qui gisait au sol, symbole du franchissement d’un seuil et du début d’une nouvelle vie. Une tradition plus populaire – et un peu moins officielle – était de faire du Maying. Les couples de tous âges passaient la nuit dans les bois et les champs et le matin rapportaient des fleurs, souvent des fleurs d’aubépine, pour décorer leurs maisons. Les jeunes femmes se lavaient le visage avec la rosée du matin et faisaient des couronnes de fleurs et des paniers de mai.

Il va sans dire que beaucoup de ces traditions se sont perdues au fil des siècles, mais il peut parfois être bon de se rappeler comment vivaient nos ancêtres, et même de ramener certaines de ces célébrations. C’est probablement ainsi qu’un petit groupe de passionnés a réussi à ramener le festival en 1988, avec l’aide de l’Université d’Edimbourg. Depuis plus de trente ans, le 30 avril, les rues de la capitale prennent vie à travers une procession animée, qui culmine par une performance scénique dramatique et l’allumage d’un immense feu de joie. Plus d’informations sur l’événement peuvent être trouvées sur le site officiel de la Beltane Fire Society.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.