Biographie d’Ada Lovelace

Babbage et le Moteur analytique

Vers l’âge de 17 ans, Ada a rencontré Charles Babbage, mathématicien et inventeur. Le couple est devenu ami et Babbage, beaucoup plus âgé, a servi de mentor à Lovelace. Grâce à Babbage, Lovelace a commencé à étudier les mathématiques avancées avec le professeur Augustus de Morgan de l’Université de Londres.

Lovelace était fascinée par les idées de Babbage. Connu comme le père de l’ordinateur, il a inventé le moteur de différence, qui était destiné à effectuer des calculs mathématiques. Lovelace a eu la chance de regarder la machine avant qu’elle ne soit terminée et a été captivé par elle. Babbage a également créé des plans pour un autre appareil connu sous le nom de moteur analytique, conçu pour gérer des calculs plus complexes.

On demanda plus tard à Lovelace de traduire un article sur le moteur analytique de Babbage qui avait été écrit par l’ingénieur italien Luigi Federico Menabrea pour une revue suisse. Elle a non seulement traduit le texte original français en anglais, mais a également ajouté ses propres pensées et idées sur la machine. Ses notes ont fini par être trois fois plus longues que l’article original. Son travail a été publié en 1843, dans une revue scientifique anglaise. Lovelace n’a utilisé que les initiales « A.A.L. », pour Augusta Ada Lovelace, dans la publication.

Dans ses notes, Lovelace a décrit comment des codes pouvaient être créés pour que l’appareil gère les lettres et les symboles ainsi que les chiffres. Elle a également théorisé une méthode permettant au moteur de répéter une série d’instructions, un processus connu sous le nom de boucle que les programmes informatiques utilisent aujourd’hui. Lovelace a également proposé d’autres concepts avant-gardistes dans l’article. Pour son travail, Lovelace est souvent considérée comme la première programmeuse informatique.

L’article de Lovelace a attiré peu d’attention de son vivant. Dans ses dernières années, elle a essayé de développer des schémas mathématiques pour gagner au jeu. Malheureusement, ses projets ont échoué et l’ont mise en péril financièrement. Lovelace meurt d’un cancer de l’utérus à Londres le 27 novembre 1852. Elle a été enterrée à côté de son père, dans le cimetière de l’église Sainte-Marie-Madeleine à Hucknall, en Angleterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.