Une Lésion pédonculée à croissance lente | Actas Dermo-Sifiliográficas

Antécédents médicaux

Un agriculteur de 57 ans sans antécédents médicaux personnels ou familiaux pertinents et sans maladie connue présentait une lésion de l’aspect interne de la jambe gauche apparue environ 10 ans auparavant. La lésion était asymptomatique, n’avait jamais saigné et s’était développée lentement et progressivement au fil des ans.

Examen physique

L’examen physique a révélé une tumeur polypoïde exophytique à base large et sans adhérence aux couches plus profondes. La tumeur était molle avec une surface friable, érythémateuse et charnue et mesurait 3 cm de diamètre (Fig. 1).

Figure 1
(0,1 Mo).

La dermoscopie a révélé que la surface de la tumeur était constituée de multiples structures surélevées interconnectées en nid d’abeille et présentait des stries radiales blanchâtres et de fines télangiectasies arboricoles (Fig. 2).

Figure 2
(0.07MB).

Locoregional lymph nodes were not palpable and no other significant abnormalities were observed in the physical examination.

Histopathologie

L’histopathologie avec l’hématoxyline-éosine (grossissement original ×20) a révélé une tumeur composée de brins minces, allongés et anastamosants de cellules basaloïdes qui étaient connectés à l’épiderme et s’étendaient vers le derme formant un motif en forme de réseau dans un stroma fibrotique dense (Fig. 3).

Figure 3
(0,21Mo).

Quel Est Votre Diagnostic?

Diagnostic

Fibroépithéliome du Pinkus.

Cours clinique et traitement

Sous anesthésie locale, le patient a subi une excision chirurgicale avec marges et fermeture directe, sans complications. Après 6 mois de suivi, le patient présente une cicatrice non pathologique sans signe de récidive locale ou de nouvelles lésions.

Commentaire

Le fibroépithéliome de Pinkus, initialement décrit en 1953 comme une tumeur fibroépithéliale prémalignée de la peau,1 est un néoplasme bénin avec différenciation vers les cellules germinatives folliculaires. Cette tumeur est traditionnellement considérée comme une variante rare du carcinome basocellulaire (CCI), en raison de ses caractéristiques histopathologiques caractéristiques. Histologiquement, la tumeur se compose de brins d’épithéliums basaloïdes interconnectés recouverts d’infundibules folliculaires préexistantes qui se connectent à l’épiderme pour former un motif fenêtré, avec des îlots solides occasionnels de cellules basaloïdes, un stroma fibrotique dense et un riche réseau capillaire.2 Dans certains cas, la cytologie, le stroma et les caractéristiques architecturales suggèrent que ce type de tumeur serait plus correctement classé comme une variante rétiforme du trichoblastome plutôt que comme un CCI.3 Cependant, il ne présente pas un degré de différenciation folliculaire aussi avancé que celui observé dans le trichoblastome.

Le fibroépithéliome du Pinkus affecte de la même manière les hommes et les femmes et apparaît chez les individus âgés de 40 à 60 ans. L’emplacement le plus courant est le coffre. Il a une prédilection pour les zones non exposées (contrairement au CCI), en particulier la zone lombo-sacrée, bien qu’il puisse se développer dans n’importe quel site anatomique, à l’exception des zones de la peau dépourvues de follicules pileux. Alors que la tumeur se manifeste cliniquement comme une lésion initialement plate, elle se développe progressivement et provoque peu de symptômes, et peut ainsi atteindre une grande taille, comme on le voit chez notre patient. Elle n’est guère agressive et a un bon pronostic; aucune métastase à distance n’a été décrite.

Le schéma dermoscopique de cette tumeur a été décrit; les principales caractéristiques sont les télangiectasies arborisées qui sont plus longues et plus fines que celles observées dans le CCI et les stries blanchâtres causées par un stroma fibrovasculaire abondant. Ceux-ci correspondent respectivement aux structures de la feuille d’érable brunâtre et de la roue à rayons vues dans le BCC classique.4

Le diagnostic différentiel du fibroépithéliome de Pinkus comprend le carcinome épidermoïde, le mélanome amélanotique, les métastases cutanées, le carcinome à cellules de Merkel et le lymphome diffus cutané primaire à grandes cellules B, de type jambe. Cependant, ces tumeurs sont des néoplasmes cutanés malins caractérisés par une croissance rapide et un mauvais pronostic, caractéristiques qui ne sont pas concordantes avec l’évolution clinique de la tumeur de notre patient. Par conséquent, le diagnostic différentiel doit également inclure d’autres néoplasmes bénins moins courants avec différenciation folliculaire dans lesquels le diagnostic définitif est établi par histopathologie; il s’agit notamment du grand trichodiscome solitaire, du trichoadénome, du fibroadénome et du syringofibroadénome eccrine, ainsi que d’autres tumeurs telles que tumeur lymphoépithéliale de la peau.

Conflits d’intérêts

Les auteurs déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.